Les insectes dans notre assiette

A l’occasion de la 30è journée genevoise de nutrition clinique et diétothérapie à l’Hôpital Universitaire de Genève, j’ai participé à de nombreuses conférences passionnantes, dont une spéciale, que je veux partager avec vous.

Journée coordonnée et organisée par le Professeur Claude Pichard responsable de l’unité nutrition de HUG.  Un invité de marque le professeur Claude Fischler, directeur de recherche au CNRS et Sociologue français spécialiste de l’alimentation humaine. Et je ne vous citerai pas tous les intervenants car ce n’est pas mon sujet mais c’était le top.

Ce dont je veux vous parler est une présentation faite par Timothée Olivier sur : « Les insectes, nouveau monde gustatif ».

Pour moi ce n’étais pas une découverte car depuis mon enfance (les paris avec les cousins dans la ferme de mes grands-parents) j’ai consommé divers insectes et vers. Lorsque plus tard j’ai voyagé les différentes façons de cuisiner ou consommer les insectes ont incité ma curiosité gustative, mais sans aucune appréhension. A présent en tant que nutritionniste et consciente de notre environnement écologique présent et futur.

Donc nous y voilà : Sur la planète il y a plus de 7 milliards de personnes dont 2 milliards de personnes qui consomment régulièrement des insectes…. Ce n’est pas anodin ?

La consommation se centralise sur Amérique du Sud, Asie, Afrique et Australie. L’Europe est le seul continent, qui culturellement, n’en consomme pas.

Savez-vous que si vous mangez du chocolat, buvez du café ou tartinez avec des confitures de fruits rouges notamment framboises, vous mangez des insectes ??? Et vous aimez ?

Les insectes tels que vers de farine, grillons, crickets assurent un apport protidique équivalent à la viande de bœuf et de porc.

Je ne vais pas vous embêter avec des chiffres mais les insectes, c’est moins de gaz à effet de serre (les vers et crickets n’en rejettent pas), moins d’eau (1 kg de bœuf nécessite 22’000 litre d’eau, un insecte 1000 fois moins) et moins de végétaux pour les nourrir.

Les insectes procurent des vitamines A, B, B12 (celle qui est carencée chez les végétaliens), mais aussi du Fer, Zinc, calcium et phosphore. Des acides gras saturés, oméga 6, donc ceux qui sont bons pour l’organisme, et contrairement à la viande ils sont aussi riches en fibres alimentaires et en anti oxydants.

Si cela peut être un avenir nutritionnel, n’oublions pas que l’homme est un omnivore et qu’intégrer occasionnellement les insectes dans son alimentation répond à son besoin de variété et peut être une première démarche dans un processus environnemental d’avenir.

C’est pourquoi je vous proposerais parfois des recettes originales et goûteuses d’insectes : Si. Si ! Même des verrines apéritives pour surprendre vos amis, dégouter vos ennemis. Des plats asiatiques, des interprétations dans nos recettes courantes.

Bon appétit et à bientôt!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s